Capvital se mobilise contre l’isolement des séniors

Chaque "Journée internationale des personnes âgées" nous rappelle à toutes et à tous, proches aidants, membres de la famille ou futurs séniors, que nous sommes tous concernés par le vieillissement et en particulier par l’un de ses risques : l’isolement des séniors.

Capvital se mobilise contre l’isolement des séniors

 

Chaque 1er octobre, la journée internationale des personnes âgées

nous rappelle à toutes et à tous, proches aidants, membres de la famille ou futurs séniors, que nous sommes tous concernés par le vieillissement et en particulier par l’un de ses risques : l’isolement des séniors.

Tous concernés par l’isolement des séniors

La pandémie nous a forcé à vivre temporairement confinés, en limitant au maximum les interactions sociales, situation que les séniors peuvent vivre au quotidien.

Plus que jamais sensibilisés, nous pouvons nous mobiliser et éviter l’isolement en favorisant l’intégration sociale et la mobilité. Un plan de mobilisation nationale d’urgence et un plan d’action territorial pour lutter contre l’isolement ont été lancés en avril 2020 par le ministère des solidarités et de la santé, signes forts que cette problématique nous concerne tous, sachant qu’aujourd’hui plus de 20 % de la population française est âgée de 65 ans et plus et qu’elle sera de 29% en 2070 (selon les projections de l’INSEE).

L’isolement des séniors est lié à de multiples facteurs 

Bien que l’étude menée en 2017 par les Petits Frères des Pauvres et l’institut CSA révèle que ce sont généralement des femmes, de plus de 75 ans, aux revenus modestes qui sont les plus touchées par l’isolement, les causes de l’isolement des séniors sont multiples : rupture du lien familial (veuvage, départ des enfants régional ou à l’étranger …), isolement géographique (en zone urbaine ou rurale), exclusion numérique, fragilité physique et/ou mentale (perte de repères, perte d’autonomie, perte de mobilité ...), précarité financière (manque d’argent, gêne à demander de l’aide ou à inviter chez soi …).

Reconnaître les premiers signes de l’isolement des séniors

L’isolement social est défini comme « la situation dans laquelle se trouve la personne qui, du fait de relations durablement insuffisantes dans leur nombre ou leur qualité, est en situation de souffrance et de danger ». (Conseil Economique, Social et Environnemental)

Les signes - visibles ou invisibles - de cette souffrance peuvent être d’ordre psychologique (repli sur soi, confusion, perte d’émotion, anxiété voire dépression), physique (fragilité au quotidien, accidents mineurs liés à l’inactivité ou plus graves, menant à des hospitalisations), ou sociales   (perte de lien social voire « mort sociale »).

Favoriser l’intégration sociale et éviter l’isolement

Si les proches aidants, dont la journée internationale est marquée le 6 octobre, font partie du premier cercle de sociabilité, nous pouvons tous agir pour favoriser l’échange et lutter contre la perte d’autonomie et de mobilité :

  • Recréer le lien même à distance (animal domestique, téléphone ou visio),
  • Intégrer les séniors dans des activités bénévoles,
  • Organiser des animations intergénérationnelles,
  • S’ouvrir à des services de proximité et d’aide à la personne
  • Favoriser la mobilité.